Dassault Mirage III NG / 50 M

France  Missions multiples

 


A son arrivée à Mérignac


   - Historique

Dans la seconde moitié des années 70, Dassault étudie des évolutions du Mirage III/5 articulées autour du réacteur Atar 9K50 qui équipe le Mirage F1 et dôté d'un radar pouvant être soit un Agave (du Super Etendard), soit un Cyrano IV (du Mirage F1) selon la mission principale, donc au choix du client. L'armement interne est composé de deux canons DEFA 552A de 30 mm.
Le prototype Mirage 50 est alors réalisé et vole le 15 mai 1979.
Deux pays l'ont commandé : le Chili et le Vénézuela. Les appareils chiliens ont été modernisés par Empresa Nacional Aeronáutica de Chile (ENAER) à partir de juillet 1986 avec l'assistance technique de Israel Aircraft Industries (IAI). Les modifications portent sur le remplacement du radar par un Elta EL/M2001B, le HUD, et l'ajout de plans Canard en arrière des entrées d'air, il prend alors le nom de Pantera. Le Vénézuéla a également modernisé ses appareils.

Dassault poursuit les études qui aboutissent au Mirage III NG (Nouvelle Génération), réalisé à partir du prototype du Mirage 50.
Les différences résident principalement dans l'ajout de plans canards fixes derrière les entrées d'air, des commandes de vol électriques dérivées de celles du Mirage 2000, d'un apex prolongeant vers l'avant la voilure delta, d'une perche de ravitaillement en vol, tout en conservant l'ATAR 9K50 du Mirage 50.
L'augmentation de la masse au décollage par rapport au Mirage III permet un accroissement de la charge externe emportée.
Il effectue son pemier vol le 21 décembre 1982 à Istres, pendant une heure au cours de laquelle il a atteint Mach 1 et une altitude de 11 500 m.
Au Salon du Bourget 1987 Dassault présente le Mirage 50 M, dérivé du III NG mais sans commandes de vol électriques.
Faute de commandes, il n'a pas été produit en série.


Le canard

L'apex
Caractéristiques
Envergure 8,22 m 3 vues
Longueur 15,09 m
Hauteur 4,50 m
Surface alaire 35 m2 + 1 m2
Masse max. 14700 kg
Vitesse max. Mach 2,2
Plafond à Mach 2 16460 m
Réacteur 1 SNECMA Atar 9K50 de 7060 daN de poussée avec PC
Armement 2 canons de 30 mm

 

L'appareil du CAEA

Le Mirage III NG (F-ZWVA) était préservé à Istres par le Conservatoire du Patrimoine Aéronautique Istréen.

Il a rejoint Bordeaux le 8 juin 2011, et sa destination finale est l'usine Dassault de Seclin (Nord).

 

Il s'agit à l'origine du Mirage III R n° 301 qui a effectué son premier vol en février 1963 aux mains d'Elie Buge. Pris en compte par l'armée de l'air le 12 mars 1963,
il alterne les séjours au CEAM, au CEV et Dassault jusqu'à son intégration à l'ER 2/33 Savoie( F-UINI) le 31 mars 1971.
Le 1er décembre 1975, il passe au 1/33 Belfort avant de rejoindre Châteaudun le 28 mars 1978.
 
En avril 1979, Dassault le loue auprès de l'armée de l'air pour le transformer en prototype du Mirage 50 qui vole pour la première fois le 15 mai 1979,
piloté par Patrick Experton. Dassault le rachète finalement à la fin de l'année pour 7 millions de Francs.

 

Transformé en Mirage 50K après adjonction de plans canard sur les entrées d’air, il revole le 27 mai 1981, toujours aux mains de Patrick Experton.

Il est destiné à confirmer les études préliminaires devant aboutir au Mirage IIINGLes essais confirmant les qualités aérodynamiques, les commandes de vol électriques peuvent être alors installées, profitant de l’expérience accumulée sur Mirage 2000 et 4000.

 

Devenu Mirage III NG il effectue son "troisième premier vol" le 21 décembre 1982 pour terminer sa carrière à l'issue de son 172è vol après le salon de Farnborough en septembre 1984. Il est présenté une dernière fois au Bourget en 1987 avant d'être stocké à Istres et confié au Conservatoire du Patrimoine Aéronautique Istréen qui le cède ensuite au CAEA.

 

Devant le manque de place dans notre hangar, il est proposé à plusieurs usines Dassault Aviation pour le placer en pot de fleurs. Accepté par l’usine de Seclin (Nord), il y sera repeint début 2012 par Dassault Aviation Seclin chez un carrossier de poids lourds, puis remonté en avril 2012 par une équipe du CAEA.

Actuellement sur le parking de l’Usine Dassault Aviation de Seclin

DSC03703r

 

 



   - Sources documentaires

Aviation magazine n° 842.
30 ans d'avions Dassault.
Jane's all the aircraft 1986-87.
Minidocavia 19, Hervé Beaumont, ed. Larivière.
Mirage III, tome 3. B.Chenel, E.Moreau, P.Audouin. Ed. DTU.