Dassault Falcon 20G (HU-25A Guardian)

France Etats-Unis  Biréacteur de surveillance

 - Historique et production


En 1976, l'US Coast Guard lance un appel d'offres pour remplacer les Grumman Albatross. En réponse, Dassault propose le Falcon 20 G par le biais de sa filiale américaine, Falcon Jet Corporation, basée à Little Rock (Arkansas).

Il s'agit d'une cellule de Falcon 20F modifiée :

  • Ouverture de deux grandes baies d'observation à la place du premier hublot de chaque côté.
  • Aménagement dans le plancher d'une trappe permettant le largage de charges (paquetages de survie)
  • Aménagement d'un hublot pour une caméra oblique.
  • Mise en place d'un réservoir supplémentaire à l'arrière de la cabine.
  • Possibilité d'emport de charges extérieures, grace aux points de fixation placés sous le fuselage et la voilure.
  • Nouveau réacteur Garret ATF-3-6-2C, au lieu du General Electric CF-700-2D-2.

Les aménagements mobiles et les différents équipements en cabine ont été définis suivant des normes et avec du matériel américains.

Dassault emporte le marché en janvier 1977, 41 exemplaires sont commandés par l'US Coast Guard, devant être assemblés et livrés à Little Rock, pour un prix unitaire de 4.996.251 US$. L'avion prend la désignation américaine HU-25A Guardian.
Un prototype vole en France (n° 362) le 28 novembre 1977 aux mains de Henry Leprince-Ringuet, un autre aux Etats-Unis (n° 371) le 4 aout 1978.
Il est décliné en 3 versions A, C et D dont les différences portent essentiellement sur l'équipement électronique et le radar.

Le Guardian a été suivi de la version 20 H, aussi designée Falcon 200, servant elle-même de base au Gardian (sans "u") de la Marine Nationale.

Le Falcon 20 n° 362 a ensuite été modifié en prototype du Gardian 2.
C'est une version simplifiée du Gardian, équipée d'un radar Thomson-CSF Varan étudié pour la détection maritime, d'un système de navigation Crouzet Omega et de quatre points d'emport externes.
Il peut effectuer des missions de désignation d'objectifs terrestres ou maritimes, d'attaque anti-navires à l'aide de deux missiles AM39 Exocet, de surveillance électronique et de contre-mesures, ou bien encore de remorquage de cibles.
L'armement varié tel que des canons de 30 mm ou 12,7 mm en conteneurs, des bombes cluster Matra BLG66, ou des roquettes Matra 155 ou F2 lui permet d'effectuer des missions d'attaque.
Le Gardian 2 n'a pas été produit en série.

   - Carrière

Le HU-25 est employé chez les Coast Guard pour la recherche et le sauvetage, la lutte anti-drogue, l'application des lois et traités, la protection de l'environnement. La livraison des 41 exemplaires s'est étalée de février 1982 à décembre 1983.
En août 1999, 20 appareils sont opérationnels. Ils sont basés à Cape Cod (Massachusetts), Mobile (Alabama), Corpus Christi (Texas) et Miami (Floride). Les 21 autres sont alors stockés ou en réserve.
Deux appareils de ce type ont participé à la surveillance des nappes de pétrole au large de Bahreïn et de l'Arabie Séoudite pendant la Guerre du Golfe.
Depuis 2006 il sont progressivement remplacés par le HC-144A Ocean Sentry qui n'est autre que le CASA CN-235, le retrait définitif devant intervenir en 2014.

Caractéristiques
Envergure 16,30 m 3 vues
Longueur 17,15 m
Hauteur 5,32 m
Surface alaire 41 m2
Masse à vide 11570 kg
Masse max. 14515 kg
Vitesse de croisière 760 km/h
Vitesse maxi 835 km/h
Plafond d'utilisation 12500 m
Distance franchissable 3600 km
Rayon d'action 1500 km
Autonomie 5h45
Equipage 5 dont 2 pilotes
Réacteurs 2 Garrett ATF3-6-2C de 2467 kg de poussée

 

L'appareil du CAEA
Le Falcon 20 G n° 362 est le protoype français, il a effectué son premier vol le 28 novembre 1977 aux mains de Henry Leprince-Ringuet (F-WATF). Il a ensuite servi de prototype au Falcon Gardian 2 (F-WDFJ).
Il a été préservé à Istres par l'association Conservatoire du Patrimoine Aéronautique Istréen qui l'a cédé au CAEA en 2004.
Ne pouvant rentrer dans notre hangar, il a été prêté à l'usine Dassault de Martignas (Gironde), le fuselage y est arrivé le 31 mai 2011, les autres éléments le 8 juin. Il y a été restauré par une équipe du CAEA.

Actuellement à Dassault Martignas

   - Sources documentaires

Mystère-Falcon. Jean Cuny. Ed EPA.
Jane's all the aircraft 1986-87.
Air&Cosmos.
Site web US Coast Guard.
Documentation Dassault.