Rolls-Royce RB.162

Grande-Bretagne  Turboréacteur
rb162  rb162

   - Historique

Le RB.162 est un réacteur de sustentation très simple et ultra-léger qui a été développé pour répondre aux besoins des industries britanniques, allemandes et françaises. Chaque pays contribue financièrement aux études communes et à celles requises par ses besoins spécifiques.
La particularité du RB.162 est l'emploi de composites fibre de verre-résine pour l'entrée d'air, le carter et les aubes de stator de compresseur. Le gain de poids permet un rapport poids poussée de 1:16.
Il a été destiné aux avions à décollage vertical : Mirage III V, VFW VAK-191B, Dornier 31.

   - Descriptif

Compresseur axial à 6 étages
Chambre de combustion annulaire
Turbine à 1 étage
Hauteur : 1,31 m
Diamètre : 63,5 cm
Poids : 125 kg
Poussée : 1996 kgp

   - Le Mirage III V

Au début des années soixante, l'armée de l'Air française envisage de se doter d'avions à décollage et atterrissage verticaux (ADAV) dans le cadre d'un programme OTAN défini en décembre 1960. Dassault Bréguet se lance dans la réalisation d'un prototype expérimental d'ADAV, le Balzac V.
Le réacteur de propulsion est un Bristol Siddeley Orpheus 3 de 2400 kgp tandis que huit réacteurs Rolls Royce RB 108 de 1000 kgp chacun assurent la sustentation verticale. Le 12 octobre 1962 René Bigand décolle le Balzac V pour la première fois, celui-ci étant maintenu par des câbles. Le 29 mars 1963, il effectue le cycle complet de ses possibilités : décollage vertical, vol horizontal et atterrissage vertical.
Après les essais couronnés de succès de cet appareil expérimental, Dassault lance le MIRAGE III V, deux exemplaires sont construits. Ils préfigurent une version opérationnelle à laquelle il manquera seulement des réacteurs assez puissants. Le premier est propulsé par un TF 104B (Pratt & Whitney JTF 10 francisé) et sustenté par huit RB 162 de 1996 kgp. Il effectue son premier vol stationnaire le 12 février 1965, à Melun-Villaroche, aux mains de René Bigand, et une transition complète le 24 mars 1966 à Istres. En décembre 1965, le réacteur est remplacé par un Snecma (Pratt & Whitney TF 30) TF 106A3.
Le n° 02 reçoit un Pratt & Whitney TF 306 de 8200 kgp et le même type de réacteurs verticaux. Il vole en juin 1966.
Le 28 mars 1966, le ministère des Armées décide d'arrêter le programme, invoquant le coût et les difficultés rencontrées dans la mise au point des prototypes tout en laissant se poursuivre les essais. Le 12 septembre, le n° 02 atteint Mach 2,04 en palier. Mais, lorsque le 28 novembre à Istres, il est accidentellement détruit lors d'essais en vol dérapé, l'occasion est saisie pour arrêter définitivement le développement du programme.
C'est toutefois le seul ADAV occidental ayant dépassé Mach 2.

   - Sources documentaires

Science&Vie hors-série Aviation 1969.
Marcel Dassault, la légende d'un siècle. Claude Carlier. Ed. Perrin.
Jane's All the world's aircraft 1962-63
Site Dassault Passion.