Aérostructure Lutin 80

France  Motoplaneur

  - Historique


La SARL Aérostructure située à Saint Loubès, près de Bordeaux, et dirigée par M. Robert Jacquet, se lança dans la réalisation du PLM 80 (Planeur Leger Motorisé) rebaptisé ensuite Lutin 80, un motoplaneur monoplace dont la configuration est inspirée du modèle polonais SZD-45 Ogar des années 70, à aile médiane cantilever, empennage en T, moteur en arrière du poste de pilotage qui actionne une hélice propulsive rétractable. Il est de fabrication entièrement fibre de verre et résine époxy. L'empennage horizontal et les ailes sont démontables pour le transport et le stockage.
Le Lutin 80 a effectué son premier vol le 3 mai 1983.
Seuls deux exemplaires furent construits. Le prototype n'obtiendra pas la certification et l'appareil sera abandonné.
Les deux appareils sont généreusement confiés au Conservatoire en 1994 par le propriétaire/constructeur.

Le Lutin au HM2

 

Caractéristiques
Envergure 11 m
Longueur 5,50 m
Surface alaire 6,60 m2
Masse à vide 160 kg
Masse max. 280 kg
Charge 42,4 kg/m2
Vitesse max. 220 km/h
Vitesse de croisière éco. 170 km/h
Finesse max. 30 à 100 km/h
Taux de chute mini 0,85 m/s
Plafond 5000 m
Distance franchissable 600 km
Moteur 1 JPX PAL 640 (2 cylindres) 35 CV à 4,600 t/mn
consommation : 7 l/h
L'appareil du CAEA
numéro de sérieLe Lutin 80 présenté est le protoype 01.

Visible dans le hangar


   - Sources documentaires

Jane's All the aircraft, 1986-87.

Carmam JP 15/36A

France  Planeur

   - Description

La société Carmam, située à Moulins, a fabriqué sous licence les planeurs italiens M-100S et M-200 ainsi que des pièces en sous-traitance pour la société allemande Glassflügel.
En septembre 1971, Robert Jacquet et Jean Pottier on commencé l'étude du planeur JP 15/36, la fabrication du premier prototype a débuté fin 1972, cet exemplaire (F-WCAP) a volé pour la première fois le 14 juin 1974.
La production en série chez Carmam débuta en 1976, le premier exemplaire vola le 16 octobre 1976.
C'est un planeur monoplace de Classe Standard, monoplan à aile médiane cantilever, le fuselage en fibre de verre est moulé en deux demi-coques, l'empennage cantilever comporte une dérive présentant une légère flèche, le train mono-roue est fixe (rentrant en option).
Planeur raté, il entrait en flutter des ailes à 180 et de la queue à 190, alors qu'il était censé avoir une VNE de 210. Mauvaise copie du Libelle, non seulement il ne tenait pas ses promesses en translation mais encore c'était un piètre spiraleur... et, en plus, sa cabine était inutilisable pour un grand gabarit.

Arrivée du JP 15

 

Caractéristiques
Envergure 15 m
Longueur 6,18 m
Masse à vide sans réservoirs d'eau 225 kg
Masse à vide avec réservoirs d'eau 229 kg
Masse max. au décollage sans réservoirs d'eau 335 kg
Masse max. au décollage avec réservoirs d'eau 390 kg
Finesse max. à 80 km/h 36,9
Vitesse de chute mini 0,62 m/s à 72 km/h
Vitesse maxi de remorquage 166 km/h
Vitesse maxi 220 km/h

 

L'appareil du CAEA
Le JP 15/36 du CAEA est le n° 20, F-CETR.
Le Centre de Vol à Voile Robert-Iribarne, Itxassou l'a acheté grâce à une souscription et il est arrivé en septembre 1977, amené de la CARMAM par la route. Le premier à voler dessus a été Michel DELPRAT, dacquois que tout le monde connait. Il est resté douze ans et a peu volé à cause de ses limitations imprévues. De restriction de vol en restriction de vol il est resté cantonné la plus grande partie de sa vie autour d'Itxassou, avec, en été, un emprunt rituel de quinze jours par Leto Martin-Izquierdo, moniteur espagnol, pour faire un peu d'altitude en Espagne. Cassé une première fois lors d'un atterrissage aponté : rupture arrière du fuselage, comme la plupart des JP15/36, il fut réparé par Riri GUILHEMJOUAN, autre dacquois célèbre en Aquitaine. Alourdi par la réparation, il tangentait la limite de centrage arrière.
Il fut définitivement accidenté sur remorque lors du retour d'Espagne en 1988 lorsqu'un vacancier un peu endormi percuta la remorque. Largement remboursé par l'ANEPV ainsi que par le vacancier fautif et honteux, il fut radié au moment même ou tous les JP était interdits de vol. Il fut attribué à l'Union Régionale pour utilisation statique dans les expositions et les jeunes purent le voir un peu partout... jusqu'à ce que le CAEA le récupère début mai 2003.
Source Régis JOUHAUD

Visible dans le hangar

Voir aussi
Coordinateur : Cédric Sauteraud
Images de l'arrivée du planeur



   - Sources documentaires

Jane's All the aircraft 1977-78.

Wassmer WA-22 Super Javelot

France  Planeur

 

Superjave

   - Description

Le Wassmer Super Javelot aussi désigné SuperJave est une évolution du WA-21 Javelot II, lui-même évolution du WA-20 Javelot. La modification majeure étant le redessin du fuselage. Il a volé pour la première fois le 26 juin 1961.
C'est un planeur de début ou de sport, monoplace, monoplan cantilever, la verrière est en plexiglass moulé à armature en stratifié verre résine.
Le fuselage est en tube d'acier soudé, le revêtement entoilé, la cabine en stratifié de polyester.
L'aile est en bois (pin et spruce) et contreplaqué, entoilée.
Le dispositif d'atterrissage est composé d'une roue précédée d'un patin avant bois jusqu'à la roue, et d'un patin arrière métallique.

Caractéristiques
Envergure 15 m 3 vues
Longueur 7,20 m
Surface alaire 14,4 m2
Allongement 15,7
Masse à vide 207 kg
Masse max. autorisée 340 kg
Finesse 30
Vitesse maxi de remorquage 130 km/h
Vitesse de treuillage 100 km/h
Vitesse maxi 200 km/h
Vitesse de chute mini 0,78 m/s à 75 km/h

 

L'appareil du CAEA
Le WA 22 A Super Javelot n° 150 F-CDJN a effectué son premier vol le 8 août 1968, d'une durée de 30 minutes.
Il a été la propriété de l'aéro-club Rossi Levallois à Salon Eyguieres jusqu'au 4 août 1982, puis des Ailes du Maine Planeur, au Mans, jusqu'au 17 juin 2003 quand il rejoint le Centre Départemental de Formation au Vol à Voile de l'Orne sur le terrain d'Alençon-Valframbert.
Il est arrivé au Conservatoire fin mars 2006.

Le F-CCOI n° 81 présenté en photo a été vendu.

Stocké à l'extérieur.

 

Restauration
Coordinateur : Cédric Sauteraud



   - Sources documentaires

Aviasport n° 95, avril 1962.
Aviasport n° 108, mai 1963.

Wassmer WA-30 Bijave

France  Planeur école

   - Description

Le Wassmer WA-30 Bijave est un planeur biplace en tandem dérivé du WA-21 Javelot II. Le premier vol du premier prototype eut lieu le 17 décembre 1958 à Issoire, celui du second prototype le 18 mars 1960. Il a obtenu son CDN français le 22 juin 1962.
Conçu par l'ingénieur Collard, c'est un monoplan cantilever et à profil laminaire, le fuselage est en tubes d'acier soudés et entoilé. Ses ailes, en trois parties, sont en bois et revêtues de contreplaqué et de toile, le longeron est en pin et spruce. Il possède 3 atterrisseurs : un patin avant en bois de frêne, une roue centrale, un patin arrière en acier à ressort.
Le Bijave a remporté un marché d'Etat qui en fit le planeur école "standard" des clubs français de vol à voile.

Nous avons récupéré en décembre 2000 des éléments de planeurs de l'Association Aéronautique d'Aquitaine, club de vol à voile de Bordeaux-Léognan-Saucats. La plupart proviennent de Wassmer WA-30 Bijave.

Depuis, un Bijave "écorché" a été réalisé et présenté à plusieurs reprises.

Arcachon

Arcachon

Arcachon
Caractéristiques
Envergure 16,85 m 3 vues
Longueur 9,60 m
Surface alaire 19,20 m2
Allongement 15
Masse à vide 300 kg
Masse max. autorisée 550 kg
Finesse max. (à 85 km/h ) 27
Vitesse maxi de remorquage 148 km/h
Vitesse maxi 200 km/h
Vitesse de décrochage 55 à 65 km/h
Vitesse de chute mini 0,85 m/s à 75 km/h

 

L'appareil du CAEA
Fuselage écorché visible dans le hangar

Restauration
Coordinateur : Cédric Sauteraud

Montage du crochet de remorquage



   - Sources documentaires

Aviasport n° 105, février 1963.
Jane's All the aircraft, 1966-67.
Wassmer WA-30 Bijave

---

Afin de rejoindre les cieux le planeur est équipé d'un crochet remorquage de type Aérazur Air 12 qui comporte un dispositif automatique de sécurité. Le crochet est fixé à l'avant du fuselage par quatre écrous, ce dernier sert d'intermédiaire entre le câble de remorquage de l'avion remorqueur ou du câble de treuillage.

1 - Largage
2 - Crochet
3 - Sécurité


Le largage
Le pilote actionne la commande de largage en tirant sur une poignée jaune (flèche grise). Le crochet tourne ainsi autour de son axe et l'anneau du câble de remorquage est libéré (flèche noire).

4- Le ressort est en compression



La sécurité automatique
Lorsque l'anneau du câble glisse le long du crochet, il agit en appuyant sur la sécurité. Cette dernière bascule vers l'arrière et l'anneau est décroché.

5- Le ressort est en compression